COVID-19

Chiffres sanitaires

Tous les jours le Gouvernement publie un bulletin de la situation sanitaire en Principauté. Jusqu'au 20 août 2020, le Gouvernement publiait des données qui ne permettent pas de savoir exactement ce qu'il se passait sur le territoire. Le 21 août 2020, le Gouvernement a modifié les différentes méthodes de calcul pour bien refléter ce qu'il se passe sur le territoire.

 

Voici l'évolution de ces chiffres avec les nouvelles méthodes de calcul pour bien comprendre la dynamique de l'épidémie.

On en déduit immédiatement le nombre de actifs actifs à tout moment (personnes testées covid + et qui sont toujours malades) et l'incidence (nombre de personnes testées covid + sur les 7 derniers jours et rapporté à 100.000 personnes) : 

Impact de la vaccination

Tous les mois l'IMSEE publie le décompte des cas et des hospitalisations selon le statut vaccinal pour les catégories <18ans, 18-65ans et >65ans. Pour mesurer l'efficacité du vaccin, ces données n'ont d'intérêt qu'en comparant des populations identiques. En ramenant donc ces décomptes à population égale à 100.000 (par exemple, en calculant le nombre de contaminations des vaccinés de 18-65ans comme si cette population était de 100.000 à partir des données réelles), ces données se visualisent de la manière suivante sur les 4 derniers mois :

prop_aout
prop_aout

press to zoom
prop_sept
prop_sept

press to zoom
prop_nov
prop_nov

press to zoom
prop_aout
prop_aout

press to zoom
1/4

On observe alors que :

  • le risque de contamination chez les +65ans, qui sont les personnes les plus à risque de forme grave, est nettement plus élevé chez les non-vaccinés que chez les vaccinés (c’est également vrai pour les 18-65 ans mais dans une moindre mesure) et c’est d’ailleurs la catégorie qui se contamine le plus

​​

  • le risque d’hospitalisation est significativement diminué chez les vaccinés, ce qui s’explique en partie par la remarque précédente

  • la diminution avec le temps du bénéfice du vaccin en terme de risque d'hospitalisation, même s'il reste toujours largement favorable, s'explique probablement par la durée limitée de protection offerte par le vaccin et le fait que les personnes à risque ont été vaccinées il y a plus d'une dizaine de mois, ainsi que par l'immunité acquise ou renforcée lors des infections; la dose de rappel permettra de diminuer à nouveau le risque d'hospitalisation chez ceux qui pratiqueront la 3ème injection

Cet avantage de la vaccination se matérialise en observant directement l'évolution du nombre de résidents hospitalisés versus l'évolution de l'incidence :

Depuis que la vaccination a été ouverte au plus grand nombre au premier semestre 2021, un pic d'incidence se traduit par un pic d'hospitalisations de moindre amplitude.