RETRAITE DES FONCTIONNAIRES

Repères

Aujourd’hui, la formule de la pension est établie par la loi 1049. Elle est très avantageuse pour les retraités. Si vous voulez qu’on la rappelle, dites-le nous !

 

Chaque fonctionnaire en activité “cotise” 6% de son salaire pour la retraite. Pour l’ensemble des fonctionnaires, ça représente 4.9M€ annuellement d’après Serge Telle (cf. Nice-Matin du 12 octobre 2016, heureusement que le ministre s’exprime dans la presse car l’IMSEE ne le met pas à disposition). On en déduit d’ailleurs que le montant total annuel des traitements pour les fonctionnaires est de 4.9M€ / 6% = 80M€ (chiffre non publié par l’IMSEE).

 

Par ailleurs, le montant total annuel actuel des pensions s’élève à 70M€.

 

Le montant total des cotisations n’est donc qu’une toute petite fraction des pensions actuellement versés. Nous ne sommes dans pas dans un régime par répartition comme c’est le cas de la CAR, où les cotisations des personnes actives sont fixées ne manière à payer entièrement le montant des pensions des retraités actuels. Pour que le système actuel soit un régime par répartition à l’équilibre, il faudrait que le taux de cotisation soit autour de 80%.

 

Alors comment sont payées les retraites des fonctionnaires ? C’est très simple, elles sont prises sur le budget de l’Etat, c’est-à-dire qu’elles sont payées par les recettes de l’Etat.

 

Comment va évoluer le coût total annuel des pensions à l’avenir ? Là aussi c’est très simple, il ne va faire qu’augmenter parce que les retraités seront de plus en plus nombreux, pour les raisons suivantes  :

  • allongement de la durée de la vie : c’est quelque chose de structurel qui ne fera que s’accentuer

  • effet baby-boom : les nombreux enfants nés du baby-boom (1945-1975) ont commencé à partir à la retraite il y a 10 ans et vont continuer à le faire pendant les 20 prochaines années, c’est un effet temporaire mais qui aura un impact majeur sur le nombre des retraités pendant les 40 prochaines années

Ainsi, alors que le total annuel des pensions est de 70M€ aujourd’hui, le gouvernement l’estime à 140M€ dans 10 ans. Nous verrons plus loin que pour un avenir plus lointain le coût sera encore bien plus important.

Analyse

Ce système fonctionne, dans le sens où il permet que les retraites soient payées, tant que les recettes de l’Etat sont suffisantes.

 

Malheureusement, ce système réserve des problèmes de taille :

  • comme les recettes de l’Etat sont variables, on peut imaginer une situation où, une année où les recettes ne sont pas au rendez-vous, l’Etat soit obligé de réduire certaines dépenses ou de piocher dans le FRC (voir fonctionnement du budget) pour honorer le paiement des retraites (à moins qu’il souhaite alors modifier la formule de calcul de la pension)

  • comme le coût des retraites ne va faire qu’augmenter, les recettes de l’Etat devront suivre le rythme de l’augmentation massive du coût total des pensions si l’Etat veut pouvoir honorer ses engagements

 

Le mode de fonctionnement actuel met donc l’Etat (ou les retraités actuels et à venir) en grand danger. Pour que le paiement des pensions soit garanti aux retraités actuels et à venir et qu’en même temps, l’Etat n’ait jamais à tailler dans ses dépenses (ou ponctionner le FRC) pour honorer ses engagements, il n’y a pas d’autre solution que de changer le système actuel.